La composition d'une mélodie visual

La composition d'une mélodie

Aujourd'hui, Bruno de Composersimplement.com est de retour sur Moja-audio pour partager avec nous un extrait de Guide ultime de la composition musicale. Le thème de l’article : la composition d’une mélodie. À la fin, non seulement vous serez en mesure d’écrire la vôtre mais vous aurez acquis les bases techniques de la création mélodique. Bruno à toi la parole :

Qu’est-ce que la mélodie ?

Selon moi, la mélodie reste une des composantes les plus importantes d’une chanson. Sans elle, votre composition ne sera qu’un ramassé d’accords et de rythmique, mais sans plus. Selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, une mélodie signifie :
  • 1. Suite de sons ordonnés selon les lois du rythme et de la modulation d’où résulte un air agréable à entendre.
  • 2. Caractère de ce qui est beau à entendre.
Bon, alors si je résume ça simplement, pour composer une bonne mélodie, il faut que ce soit beau à entendre et que ce soit ordonné selon des règles.

Ça ne vous aide pas plus que ça ? Pas de souci, je vais tout vous montrer !

Avant de commencer

Pour écrire votre mélodie, il y a 2 façons de faire :

- Écrire la mélodie en premier et adapter les accords en fonction.
- Écrire les accords d’abord et ajuster la mélodie.

Dans l’ensemble, ces deux méthodes marchent très bien. Toutefois, écrire la mélodie en premier signifie savoir harmoniser ! Alors qu’avec les accords en premier, vous pouvez parfaitement fredonner votre mélodie et elle s’harmonisera presque tout seule. Si vous ne fredonnez pas, vous pouvez réécouter vos accords enregistrés et tentez quelque chose. Par où on commence ? Je reviens à ce que je dis toujours : ça dépend de vous. Mon but n’est pas d’écrire une méthode à suivre à la lettre, mais bien de donner des pistes pour commencer. Toutefois, je vais vous donner quelques trucs pour bien écrire votre mélodie :

L’écriture de la mélodie

• Une des premières choses à faire est de savoir quelle est la gamme que vous travaillez ?

Do Majeur? La Majeur? Mi Mineur? Sol mineur?
Mine de rien, votre gamme va vous faire gagner un temps précieux, c’est un élément essentiel pour la suite avec les accords et tout !

• Commencer avec une note faisant partie de l’accord :

En gros, supposons que vous ayez votre suite d’accords. Prenons celle-ci :


Maintenant, je vais vous dire un secret : pour que la mélodie sonne toujours bien, la note jouée au moment de l’accord devra faire partie de l’accord. Pas sûr de comprendre? Je vais vous montrer. Je vais décortiquer les 4 accords choisis en écrivant leurs notes :
  • Do Majeur : Do-Mi-Sol
  • Sol Majeur : Sol-Si-Ré
  • Ré Majeur : Ré-Fa#-La
  • Mi Mineur : Mi-Sol-Si
Maintenant que l’on connait la composition des accords, appliquons la règle :


C’est sûr que j’ai pondu quelque chose de très basique, mais comprenez-vous ? À chaque nouvel accord joué, la mélodie contient une note qui fait partie de l’accord en question. Ainsi, votre mélodie va toujours bien sonner.

• Le pouvoir des répétitions

Une autre formule gagnante pour une mélodie accrocheuse est la répétition. En effet, dans votre séquence mélodique, vous prenez un passage et vous répétez cette partie, mais en gardant la rythmique et vous prenez des notes différentes. Regardez l’extrait qui suit :


Voyez-vous? Les mesures 1, 2 et 5 sont identiques au niveau de la structure, mais différentes pour les notes !

Mais ce n’est pas seulement la seule façon d’intégrer la répétition ! Voici quelques autres idées :

I. Changer la dynamique, notamment par des baisses et augmentations de volume
II. Changer l’instrument
III. Changer la rythmique en gardant les mêmes notes
IV. Ajouter des techniques harmoniques (ex. : slide ou hammer-on/pull-off pour la guitare, notes fantômes pour la batterie)
V. Ajouter un autre instrument ou un effet

C’était quelques pistes de solution pour garder l’attention sur votre mélodie. Toutefois, méfiez-vous! Trop de répétition tue la répétition!

• Les contrastes

Ici, il s’agit de créer deux parties mélodiques différentes afin de justement mettre un contraste. De plus, ce changement de mélodie permettra d’ajouter de la tension et de l’intérêt auprès de l’auditeur. En voici un exemple :


Pour des raisons de simplicité, je l’ai fait sur 8 mesures. Mais même s’il y a une répétition de motif dans les 2 parties, reste que les autres mesures ne sont pas identiques, surtout la 6e. Voilà la beauté de la chose.

• Les variations

Bon ici, je ne me casserai pas la tête. C’est une combinaison de répétitions et de contraste! Et je reprends la même mélodie que vous venez de voir :

• Varier les montées et les descentes de notes

Pour qu’une mélodie soit accrocheuse, il est important que ce ne soit pas juste une montée ou une descente au niveau des notes. Sinon, ce sera juste une démonstration de gamme. Voyez-vous, la mélodie doit faire vibrer et être vivante !
C’est pourquoi avoir des passages où la mélodie monte et descend est primordial. Regardez l’exemple ci-dessous et voyez comment les notes sont placées :

Au final, dites-vous que la mélodie doit comporter de la dynamique, d’où l’importance des montées et des descentes dans son écriture.

Les degrés

En musique, un degré représente la place d’une note dans une gamme.


Bon, je ne vais pas vous faire un cours sur les degrés, mais je vais simplement vous expliquer leur rôle pour écrire votre mélodie. La tonique est la note la plus importante. En effet, elle représente la fondamentale de la gamme sélectionnée. Il est donc préférable de commencer et de terminer votre mélodie avec cette note, car elle sonne stable et donne aussi un relâchement vers la fin (en signifiant que la mélodie est terminée).

Par la suite, la sensible, la dominante et la sous-dominante sont importantes car elles ajoutent un maximum de tension. Ainsi, elles ont besoin de la tonique pour retrouver une stabilité. Vous pouvez improviser quelque chose avec ces notes car ça passe toujours bien.

En ajout, la sus-tonique, la médiante et la sus-dominante contiennent un niveau modéré de tension. Sans être moins utilisées, il est possible de créer une mélodie sans faire usage de ces degrés.

C’est tout pour la théorie ! Par contre, je tiens à dire que ce sont des pistes de départ, il n’est pas nécessaire de toujours composer des mélodies avec 4 notes bien entendu.

Conclusion

Pour résumer le tout, vous pouvez autant écrire la mélodie en premier qu’en deuxième. Assurez-vous de connaître votre gamme utilisée. Quand un accord est joué, faites-en sorte qu’une des notes faisant parti de l’accord soit jouée au même moment. Vous pouvez utiliser les répétitions pour forger une mélodie dont on va se rappeler. N’oubliez pas les contrastes et les variations. Il est aussi conseillé d’inclure des montées et des descentes de notes. Aussi, rappelez-vous des degrés, qui peuvent vous aider au plan théorique.

Si vous voulez en apprendre plus sur les autres parties d’une chanson, je vous invite à aller voir l’entièreté du Guide ultime de la composition musicale directement sur mon site Web. Il est également disponible en mode hors-ligne ici.

Sur ce, bonne composition et portez-vous bien.

Bruno, Composersimplement.com